Accueil > Documentation > Maladies > Porcins > Peste Porcine Africaine

Peste Porcine Africaine

En bref

Espèces infectées Porcs, sangliers
Symptômes Maladie rouge :
Forte fièvre, perte d’appétit, hémorragies au niveau de la peau et des organes internes
Mortalité importante
Transmission Contact direct
Alimentation contaminée
Matériel contaminé
Insecte/tique vecteur
Impact Economique
Situation épidémiologique France indemne
Présence en Sardaigne (endémique)
Cas détectés en Europe de l’Est (Ukraine, Géorgie)
Eradiquée au Portugal en 1993 et en Espagne en 1995
Catégorie 1

Où trouve-t-on la maladie ?

La peste porcine africaine est généralement prévalente et endémique dans les pays de l’Afrique sub-saharienne. En Europe, la maladie n’est endémique qu’en Sardaigne (Italie). Des foyers ont éclaté hors d’Afrique, notamment en Géorgie en 2007 ; dans cette partie de l’Europe, il s’agissait de la première observation de peste porcine africaine.

Quel est l’agent causal ?

La peste porcine africaine est causée par un virus à ADN enveloppé, du genre Asfivirus, de la famille des Asfarviridae, dont il est actuellement l’unique représentant.

Quelles sont les manifestations cliniques de cette maladie ?

La sévérité et la distribution des lésions varient en fonction de la virulence du virus. Les cas sévères de la maladie se caractérisent par une forte fièvre et une évolution mortelle en 2 à 10 jours en moyenne. Le taux de mortalité peut atteindre 100%. Les autres signes cliniques possibles sont : perte d’appétit, dépression, rougeur de la peau au niveau des oreilles, de l’abdomen et des pattes, détresse respiratoire, vomissements, hémorragies nasales ou rectales et parfois diarrhée. Des avortements peuvent constituer la première manifestation d’un foyer.

Les souches modérément virulentes du virus donnent lieu à des symptômes moins intenses, bien que le taux de mortalité puisse aller jusqu’à 30 à 70%. Lorsque la maladie devient chronique, les symptômes se traduisent par une perte de poids, une fièvre intermittente, des signes respiratoires, des ulcères cutanés chroniques et une arthrite.

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

La peste porcine africaine peut être suspectée d’après les signes cliniques ; elle doit être confirmée par les épreuves de laboratoire prescrites, surtout pour la différencier de la peste porcine classique.

Comment la maladie se transmet et se propage-t-elle ?

Le virus est présent dans tous les liquides corporels et dans tous les tissus des porcs domestiques infectés. Les porcs sont généralement contaminés par un contact direct avec des porcs infectés ou par ingestion de déchets alimentaires contenant de la viande de porc non transformée contaminée, ou des produits qui en sont issus. Certains procédés de transformation ne détruisent pas le virus de la peste porcine africaine (charcuterie). Les mouches piqueuses et les tiques, les locaux contaminés, les véhicules, le matériel ou les vêtements peuvent aussi transmettre le virus à des animaux sensibles.

En Afrique, les phacochères peuvent servir de réservoir naturel du virus sans présenter de signes cliniques. À partir de ce réservoir, les virus sont disséminés par des tiques molles Ornithodoros moubata : elles ingèrent le virus en se nourrissant du sang d’animaux contaminés, puis le transmettent en piquant d’autres animaux sensibles.

En Europe, le mode de propagation par les sangliers n’est pas encore bien connu.

Quels sont les risques de santé publique liés à cette maladie ?
La peste porcine africaine ne constitue pas une menace pour la santé de l’homme.

Que fait-on pour prévenir et contrôler cette maladie ?

Il n’existe aucun traitement ni aucun vaccin contre cette maladie.

La prévention dépend de mesures d’importation rigoureuses garantissant l’absence d’introduction de porcs infectés vivants ou de produits qui en sont issus dans les zones indemnes. La prévention passe également par l’élimination correcte des déchets alimentaires recueillis dans les avions, les bateaux ou les véhicules provenant de pays infectés.

Source : OIE